Dégradation des terres de Baya (Mali).

From 01/11/2015 to 30/10/2018

Le Mali est confronté au phénomène de la désertification dont les effets ont fortement affecté l’équilibre des écosystèmes sur environ 51 % de son territoire. Les effets ont abouti entre autres à une perte de terres arables et une forte baisse de productivité.

Les sols et les végétaux conservent trois fois le volume de carbone présents dans l’atmosphère de notre planète. Le défrichage et la dégradation sont tels que ces importants puits de carbone se transforment en une source majeure d’émissions de gaz à effet de serre.

Les stratégies  de luttes contre les pratiques agricoles non durables visent à prévenir la dégradation des terres, restaurer les terres et réduire le besoin de nouvelles conversions des terres et les forêts vierges

Les agriculteurs peuvent ainsi  réduire les émissions de GES, accroitre la séquestration de carbone et maintenir des stocks de carbone à la surface et dans le sol avec un coût modeste tout en améliorant la production alimentaire et les conditions de vie en adaptant certaines pratiques et stratégies agricoles (utilisation des fertilisants organiques, les pratiques de l’agriculture de conservation ,l’agroécologie ,la jachère et l’agroforesterie)

Contexte

La conjonction de facteurs socio-économiques et climatiques a entraîné :

  • une conversion sans cesse des terres et des forêts vierges
  • une dégradation généralisée des ressources naturelles,
  • une perte de fertilité des terres,
  • une perte de rendement des cultures,
  • une déforestation,
  • une diminution du potentiel productif des terres agricoles, etc.

Objectif

L’objectif  est d’inciter les acteurs agricoles à s’engager dans une transition vers une agriculture productive, hautement résiliente, fondée sur une gestion adaptée des terres et des sols et ainsi porteuse de développement durable dans le cadre de la protection de l’environnement

 Il  vise à

  • montrer que l’agriculture, et en particulier les sols agricoles, peuvent jouer un rôle crucial pour la sécurité alimentaire et la lutte contre le changement climatique.
  • améliorer la teneur en matière organique et encourager la séquestration de carbone dans les sols, à travers la mise en œuvre de pratiques agricoles adaptées aux conditions locales tant environnementales, sociales qu’économiques, comme le proposent notamment la gestion judicieuse des surfaces exploitées à travers la diminution de la conversion des terres, l'agriculture de conservation, la gestion des paysages.

Activités

Sensibilisations-Formations-Pratiques-vulgarisations

 

Pourquoi une telle initiative

Montrer que l’agriculture peut fournir des solutions pour lutter contre les dérèglements climatiques sans menacer la sécurité alimentaire

La mise en œuvre au niveau local de pratiques agricoles et de gestion des milieux favorables à la restauration des sols (à l’augmentation de leur stock de carbone organique), à la protection des sols riches en carbone et à la biodiversité,

Un projet ambitieux pour changer les modèles de production en combinant la performance économique et environnementale en augmentant la teneur en carbone stocké sous forme de matière organique dans les sols, pour :

  • faire progresser la sécurité alimentaire
  • adapter l'agriculture aux dérèglements climatiques
  • atténuer le changement climatique
  • mobiliser les parties-prenantes pour les inciter à prendre des actions pour améliorer les sols en faveur de la sécurité alimentaire et du climat.
  • soulager les efforts physiques, économiques  des exploitants agricoles tout en assurant la sécurité alimentaire  et l’augmentation du stock du carbone organique du sol (réduction de l’émission des gaz à effets de serre) dans leur rôle de  protection de  l’environnement.

This field is empty for now
This field is empty for now
This field is empty for now
This field is empty for now

Relational Mapping

Contact us

Get in touch with the referent : Molobaly SAMAKE
Send